02-12 : Bons réflexes face à la bronchiolite

Crédits : oneblink1 - stock.adobe.com
Les bons réflexes face à la bronchiolite 

En raison de l’épidémie de bronchiolite qui s'amplifie en France depuis début novembre, il est important de connaître les bons réflexes à avoir pour diminuer la transmission du virus et réagir si votre enfant de moins de 2 ans présente des signes de bronchiolite. 
Service-Public.fr vous explique tout en détail.

La bronchiolite est une infection respiratoire d’origine virale qui touche principalement les enfants de moins de 2 ans. La maladie est généralement due au virus respiratoire syncytial (VRS) qui provoque une inflammation des parois des bronchioles (les plus petites bronches). Elle se caractérise par une gêne respiratoire dont les signes sont une toux et une respiration rapide et sifflante. Pour en savoir plus sur les symptômes, vous pouvez consulter la page de l'Assurance maladie « Reconnaître la bronchiolite ».

La bronchiolite étant une maladie très contagieuse, des gestes simples permettent de diminuer les risques de transmission du virus. Il est également important de connaître les bons comportements à adopter en cas de bronchiolite chez un nourrisson.

Comment diminuer les risques de transmission du virus ?

Pour diminuer la transmission du virus au sein de la famille, voici les mesures de prévention à adopter :

  • - se laver les mains pendant 30 secondes, avec de l’eau et du savon ou avec une solution hydro-alcoolique avant et après tout contact avec son bébé 
  • - ouvrir les fenêtres de la pièce où le bébé dort au moins 10 minutes par jour
  • - éviter, quand cela est possible, d’emmener son enfant dans les endroits publics confinés (transports en commun, centres commerciaux, etc.) où il risquerait d’être en contact avec des personnes enrhumées 
  • -limiter les visites au cercle des adultes très proches et non malades, pas de bisous ni passage de bras en bras, éviter les visites de jeunes enfants aux nourrissons de moins de 3 mois ;
  • - ne pas partager les biberons, sucettes ou couverts non lavés 
  • - laver régulièrement jouets et doudous
  • - ne pas fumer à côté des bébés et des enfants.

Et en plus, lorsqu’on est soi-même enrhumé :
se couvrir la bouche, quand on tousse ou éternue, avec le coude ou la manche
- porter un masque quand on s’occupe de son bébé ;
- éviter d’embrasser le bébé sur le visage et sur les mains.

Vous pouvez consulter la page « Prévenir la survenue de la bronchiolite ».

  À noter : depuis le 15 septembre, un nouveau traitement permettant d'éviter les formes graves de bronchiolite peut être délivré gratuitement aux enfants de moins d’un an qui vivent leur premier hiver cette année.

 

Que faire si votre bébé présente des signes de bronchiolite ?

L’immense majorité des bronchiolites est bénigne et guérit spontanément en quelques jours. Il n’existe pas de traitement anti-virus spécifique. De même, l’infection étant virale, les antibiotiques sont inutiles. La toux est indispensable pour évacuer les sécrétions : les médicaments contre la toux (sirops, fluidifiants…) sont contre-indiqués chez le petit enfant.

Une bronchiolite ne nécessitant pas forcément une hospitalisation, vous devez consulter en priorité votre médecin traitant. Il vous donnera des consignes de soin (alimentation, hydratation, nettoyage et désencombrement régulier du nez de votre enfant, en particulier pour les enfants de moins de 6 mois qui ne sont pas encore en mesure de respirer par la bouche).

Les symptômes peuvent s’aggraver pendant les premiers jours, puis s’améliorer progressivement. La toux persiste habituellement 8 ou 10 jours et parfois même pendant plusieurs semaines. Le médecin traitant pourra également vous expliquer comment surveiller l’évolution des symptômes de votre enfant, pour dépister une aggravation éventuelle justifiant une nouvelle consultation ou une prise en charge hospitalière.

  Rappel : des gestes simples à pratiquer durant toute la durée des symptômes de bronchiolite de votre enfant :

 

  • garder le nez dégagé par des désobstructions régulières selon la méthode expliquée par la HAS ;
  • fractionner les repas (proposer plus souvent mais en petites quantités). La toux peut provoquer des vomissements après un biberon mais épaissir le lait n’est pas efficace, il faut plutôt réduire le volume des biberons.

 

En cas de bronchiolite chez un nourrisson, il est important de savoir comment réagir (dans quels délais consulter ?) et quels bons gestes adopter pour soulager son enfant.

  À noter : la bronchiolite sévit sous forme d’épidémies en automne dès le mois d'octobre et en hiver. Elle atteint fréquemment les nourrissons de 2 à 8 mois. Chaque année en France, 30 % des nourrissons de moins de 2 ans sont atteints.

 

À quel moment s'inquiéter ?

Si votre enfant se trouve dans un des cas suivants, une hospitalisation peut être nécessaire :

  • iI est âgé de moins de six semaines ;
  • il s’agit d’un ancien prématuré âgé de moins de trois mois ;
  • il a déjà une maladie respiratoire ou cardiaque identifiée ;
  • il boit moins de la moitié de ses biberons à trois repas consécutifs ;
  • il vomit systématiquement ;
  • il dort en permanence, ou au contraire, pleure de manière inhabituelle et ne peut s’endormir.

Toutefois, avant de vous rendre aux urgences, il est recommandé d’appeler le 15 qui vous indiquera la prise en charge la plus adaptée.

  À savoir : en France, il existe une surveillance des cas de bronchiolite chez l’enfant. En revanche, il n’existe pas de surveillance pour les personnes adultes vulnérables (femmes enceintes, personnes immunodéprimées, personnes âgées de 65 ans ou plus, pathologies chroniques, etc.).


Publié le