La faïencerie

Depuis le milieu du XVIIIe siècle, le bassin de l'Adour est le siège de manufactures de faïence : Samadet, bien sûr et Maslacq, déjà réputée pour sa fabrique de papier connu sous le nom de "Fleuret aux trois Ô" créé par Pierre de LAUSSAT. La requête en vue de la création d'une manufacture de faïence est présentée au roi Louis XV par Jacques Candeloup, Ecuyer, Seigneur de Bazin.

L'ouverture de la manufacture royale de faïence est autorisée le 7 avril 1767.
​Arnaud DUPLOMB, 31 ans, s'en voit confier la direction. Tourneur en faïence venant de Samadet, il se marie à Maslacq avec Marthe Bourdiù le 17 mai 1768. 
  • Le 30 avril 1770, il afferme pour cinq années la manufacture en faveur de Dame Jeanne de LAUSSSAT veuve du sieur de LAUSSAT, Seigneur de Tétignax pour 1100 livres par an, somme par trop élevée.
  • Le 28 mai 1771, décès de LABORDE, peintre en faïence. François DARVILLE, venant d'Oeyreluy le remplace.​ La manufacture s'essouffle.
  • DARVILLE meurt en 1773 remplacé en 1776, par Pierre LOUIS, peintre en faïence né à Lunéville qui se marie avec Jeanne CAZAUX.
  • Les affaires tournent mal pour Arnaud DUPLOMB : facture de bois impayée depuis 1773, opposition en janvier 1775 par Pierre NOUGUE, cadet de Maslacq, de ses pièces déposées pour la vente à Bayonne chez des marchandes. Il est condamné par le Parlement de Navarre le 28 septembre 1776 à payer la somme de 3563 livres, 1 sol et trois deniers à la Dame Jeanne de LAUSSAT.
  • Défait il reprend du service à Samadet; les dettes ruinent sa famille. Il vend terres et bois puis décède à 50 ans le 6 mai 1785, bientôt suivi par sa femme morte en 1787. Pierre PEIRRAIX qui l'a remplacé à Maslacq, va à Samadet, aider la famille DUPLOMB aux prises avec les tracasseries administratives.
  • La manufacture de Maslacq arrête la production durant les années 1790 à 1800.
De très belles pièces sont sorties de la fabrique
et leur rareté leur donne une belle plus-value.

 
  

 



Biscuits de la faïencerie de Maslacq